Ce 21 juin, faites de la musique !


Le 1er octobre marque la Journée internationale de la Musique mais depuis 1982, le 21 juin est consacré à la Fête de la Musique. Cette célébration trouve son origine en France et c’est le ministre de la Culture d’alors, Jack Mathieu Émile Lang, qui en détient la paternité.


L’idée était d’encourager les Français à prendre part aux diverses manifestations musicales organisées sur tout le territoire, durant lesquelles musiciens amateurs et professionnels se rejoindraient autour de ce langage universel pour saluer le premier jour de l’été. Il s’agit du solstice d’été, la journée la plus longue de l’année (i.e la nuit la plus courte, car une journée aura toujours 24 h jusqu’au retour du Christ).


Ce qui n’était qu’une simple idée est devenu, 40 ans plus tard, une fête planétaire. Plus d’une centaine de pays s’apprête, d’ailleurs, à célébrer le 4e art pendant une journée spéciale de 16 heures chrono au lieu de 12.


Le ministre Lang n’aurait pas pu mieux faire. La musique mérite effectivement d’être célébrée. Elle rime avec toutes nos émotions. On chante sous la douche, on chantonne une mélodie en travaillant… La musique nous habite, elle ne nous quitte jamais.


Le philosophe allemand Friedrich Nietzsche a eu raison de dire que : « La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil ».

La musique occupe une place importante dans la Bible. En effet, plus de 500 passages répartis sur 44 livres en parlent, surtout dans l’Ancien Testament. On y retrouve beaucoup d’artistes, de musiciens et de chantres. David est considéré par plus d'un comme étant le chantre par excellence. Il a même monté le premier orchestre comprenant 24 instrumentistes jouant du luth, de la harpe (lyre), des cymbales et des trompettes (1 Chroniques 15 : 16-22). L’orchestre devait jouer pendant que l’on ramenait l’arche de l’alliance à Jérusalem.


Aujourd’hui, ma mission en tant que chrétien-mélomane est de monter un all star band réunissant des acteurs de la musique évangélique des 20 dernières années (2000 – 2020) à l'occasion de la Fête de la Musique. Je suis bien conscient qu’il s’agit d’un exercice à la fois téméraire et fascinant. Disons que pour une fois, j'ai pris la latitude de composer le groupe suivant mes propres critères. En revanche, je prendrai en compte les réalisations, l’impact et la régularité des artistes désignés sur la période considérée. Let's go!


gif

  • D’abord, comme maestro, Marc-Antoine Elisée. Un véritable all-choir: Jimla Gospel, Gospel Vision, Christian Gospel, les Séraphins...

  • Comme compositeur, David Lindor. Deux albums sur la période (Adonai et Lynda Joseph) et plusieurs collaborations à succès.

  • Comme parolier, Nicky Christ. Très prolifique et des textes qui traitent de l’homme et de l’âme.

  • Comme producteur/arrangeur, Poppy Duverné. Un génie. Plusieurs albums et singles sur cette période dont Victores avec son groupe Reskape Mizik et plusieurs autres qui ne sortiront peut-être jamais.

  • Comme pianiste, Welmyr Jean-Pierre. Un virtuose. Si l’on compte les albums de Gospel Kreyòl, ses projets personnels et autres collaborations, c’est au moins six albums sur la période.

  • Comme bassiste, Eudes Saint-Vil. Le métronome. Il est l'auteur de deux albums à succès pendant la période, l'album du groupe YES et celui de Mark Edmond et sans compter plusieurs autres collaborations.

  • Comme saxophoniste ténor, Prospère Marcellus. C’est Alabanza, Mystère divin, Louwanj, un album personnel (Gray) et beaucoup de collaborations. Il est l’un des acteurs les plus actifs du milieu.

  • Comme saxophoniste soprano, BenSax International. Plusieurs réalisations durant cette période couronnée par un passage remarquable à l’émission America’s got talent en 2018.

  • Comme batteur, Yves Frantz Casséus. La régularité dans le secteur. Il enregistre avec plusieurs psalmistes, groupes et chorales : Delly Benson, Jimla et j’en passe.

  • Comme guitariste, Jonas Dor. Il est sur pratiquement tous les projets des psalmistes. Un excellent guitariste.

  • Comme artiste féminin, Tami. Angel’s family, Gospel Kreyòl et en solo. La voix de « pakèt mwen mare » a eu un gros impact sur cette période conclue par deux albums.

  • Comme artiste masculin, Delly Benson. Très prolifique. Une véritable usine à hit. Il n’a pas été présent dans la première moitié de la période considérée, mais il a tellement dominé la deuxième moitié qu’il mérite amplement sa place dans la Dream Team.

  • Comme rappeur, Gethro Preachers. Un pionnier dans le mouvement du rap chrétien. Il mérite sa place.

  • Comme ingénieur de son, Ing. Williams Ulysse. Un vieux de la vieille qui a été très présent dans les activités évangéliques pendant cette période.

  • Enfin, comme manager, Judson Jean-Louis. Le résilient. Le fondateur du groupe Alleluia est celui qui a eu plus de régularité. Il est encore là, fidèle au poste.

Quinze figures emblématiques de la musique haïtienne. Vous me direz ce que vous voudrez, mais cet effectif a fière allure. Nous pourrions facilement adopter un dispositif tactique en 3 - 5 - 2 avec Delly et Tami en pointe, maestro Marco en 10. Prospère et Bensax sur les ailes, Poppy en récupérateur, Welmyr à la Xavi. Les arrières centraux : Jonas et Yves comme stoppeurs, Eudes en libéro. Dans les buts, Gethro the one & only Preachers. David et Nicky respectivement coach et coach adjoint, Ing. Williams comme préparateur physique et Judson comme Directeur technique.


Honnêtement, beaucoup d’artistes mériteraient d’être présents dans cette Dream Team. Mais ce n'est pas fini. Vous avez votre mot à dire aussi. C'est pourquoi, je suis tout excité de voir qui va composer la vôtre. N’oubliez pas de me tagger dans les commentaires!


Bonne Fête de la Musique et surtout faites de la musique!


Est-ce que vous pensez que c'est un projet réaliste et réalisable?

  • Oui absolument.

  • Non c'est une utopie.

  • Tu rêves Berwin?

  • 😂



334 vues0 commentaire